Comment s'aimer soi-même

Comment retrouver l'estime de soi ? Nous avons vu dans l'article "Manque d'estime de soi : pourquoi j'en souffre ?", pourquoi et comment se construit une faible estime de soi.

Retrouver l'estime de soi passe par reconnaître la souffrance vécue

Souvent les personnes ayant souffert d'un manque d'amour dans leur enfance trouvent des excuses à leurs parents et minimisent la souffrance vécue. "Ce n'était pas de leur faute." "J'étais turbulent, difficile..."

Ceci est un premier blocage à lever. Pourquoi ? Parce que c'est une manière de ne pas reconnaître ce qui a été vécu et de le mettre de côté. Et tout ce qui est mis de côté persiste. Comprenez bien qu'ici la question n'est pas de savoir ce que vos parents ont mal fait ou bien fait. Cela est stérile et ne mène à rien. La question est de reconnaître ce que vous avez vécu et comment vous l'avez vécu enfant. Ce que vous ressentiez, ce que vous perceviez enfant était VOTRE réalité. Peu importe qu'elle soit ou non la réalité de vos parents ou de vos frères et soeurs. Votre réalité s'est inscrite en vous et vous a façonné. La mettre de côté vous coupe de vous-même. Si vous commencez à reconnaître et à ressentir la souffrance vécue enfant, vous faites un premier grand pas.

Mode d'emploi pour gagner en estime de soiImaginez... Vous êtes un(e) enfant de 2-3 ans. Vous ne vous sentez pas aimé(e) parce que vos parents vous semblent indifférents ou ne sont pas disponibles ou vous maltraitent physiquement ou verbalement... C'est une grande souffrance à l'intérieur de vous. Cela vous déchire le coeur. Et vous commencez à vous dire que si vous vivez cela, c'est que quelque chose ne va pas chez vous. Vous vous mettez à croire que vous êtes nul(le), pas digne d'être aimé(e) etc...

Chaque enfant trouvera ses mots. La croyance négative sur vous-même se construit sur la souffrance que vous vivez. S'il n'y avait pas de souffrance, il n'y aurait aucune raison de vous juger négativement. Et la situation se répète jour après jour, renforçant un peu plus la croyance.

Enfant, on n'a pas d'autre solution que de mettre notre souffrance de côté

Vous avez mis la souffrance de côté, vous l'avez enfouie en vous car il fallait bien avancer et trouver un moyen de ne plus sentir cette douleur. Vous avez bien fait. Mais la croyance est toujours active et façonne votre vie d'adulte. Pour la faire tomber, il faut s'attaquer à ses fondations c'est-à-dire à la douleur sur laquelle elle s'est construite. Cette douleur, même si vous ne la sentez pas, vit toujours en vous. Si vous arrêtez de minimiser ce que vous avez vécu, si vous mettez l'intention sincère de vous libérer de la souffrance vécue, celle-ci va remonter à la surface. C'est l'opportunité de vous en libérer, de laisser sortir le poison de vous - à condition d'avoir l'attitude juste, attitude que j'enseigne aux personnes que j'accompagne.

Lorsque la souffrance de l'enfant gravée en vous se dissout, vous comprenez dans vos tripes que vous n'y étiez pour rien, que ce n'était pas vous le problème et que n'importe quel autre enfant à votre place aurait été traité de la même manière. A ce moment-là, la croyance peut s'effriter et votre vie change. Il est important de voir qu'une compréhension intellectuelle ne suffit pas. Pourquoi ? Comme le dit Sandor Ferenczi,

Les agressions traumatiques subies dans l'enfance surviennent à des stades de développement où, l'organe de la pensée n'étant pas complètement formé, seuls les souvenirs physiques sont enregistrés.

De ce fait, il est clair qu'une compréhension intellectuelle et qu'un raisonnement mental sont impuissants à libérer des souvenirs physiques. Seul le retour dans son ressenti corporel peut permettre une réelle libération.

Selon le contexte, j'utilise l'EMDR pour transformer la croyance négative en croyance positive. L'EMDR permet de traiter les traumatismes et les cas de stress post-traumatique. Mais l'EMDR peut aussi être appliquée à d'autres situations. En quelque sorte, avoir vécu dans un contexte difficile et peu bienveillant enfant revient à subir un petit traumatisme tous les jours...

Retrouver l'estime de soi nécessite de ne pas nourrir les pensées dénigrantes

Les croyances négatives sur nous-même sont souvent multiples. Certaines sont liées et influencent un domaine de notre vie. D'autres n'ont rien à voir et influencent un autre domaine. En effet, nous avons pu vivre différents chocs dans notre vie. Il est important, en plus de ce qui est décrit ci-dessus, de repérer dans notre quotidien toutes les pensées négatives à notre sujet qui nous traversent et d'arrêter de les nourrir.

Développer son estime de soiObservez-vous... Quand vous vous mettez à penser que vous êtes nul(le) par exemple, que se passe-t-il ? Y a-t-il d'autres pensées assassines qui arrivent ? Vous rappelez-vous d'autres moments où vous vous êtes senti(e) nul(le) ? C'est souvent le cas et cela vient saper un peu plus tous les jours votre estime de vous-même déjà mise à mal. Il est indispensable d'arrêter de nourrir ces pensées dénigrantes car vous renforcez tout ce sur quoi vous portez votre attention et cela devient un cercle vicieux. Donc la prochaine fois qu'une pensée négative vous traverse, regardez-la pour ce qu'elle est, c'est-à-dire juste une croyance QUI N'EST PAS LA RÉALITÉ et laissez la passer. A force de ne plus porter attention à ces pensées, vous allez voir que votre qualité de vie va changer.

Jusqu'au jour où on a une estime de soi solide et réelle

Si vous laissez la souffrance vécue se dissoudre et si vous arrêtez de nourrir vos pensées négatives, il va arriver un moment où vous allez découvrir la pire pensée, la pire croyance que vous avez sur vous-même. C'est la première que vous ayez eue. Elle est généralement inconsciente car vous l'avez eue très, très jeune, à une époque où vous n'avez pas de souvenir. Par dessus cette croyance, d'autres se sont accumulées au fil de votre vie.

Comment augmenter son estime de soiDans ce cheminement vers une meilleure estime de soi, on remonte le fil du temps à l'envers. On s'attelle aux pensées négatives connues, on les déracine. Notre vie s'améliore. Puis on découvre de nouvelles pensées négatives que l'on déracine à leur tour. Et ainsi de suite... Jusqu'au jour où on découvre, souvent avec stupéfaction, la pire pensée, la plus ancienne. Lorsque celle-ci est déracinée, on réalise que l'on est parfait tel(le) que l'on est ! On accepte nos défauts et nos faiblesses avec bienveillance et on reconnaît nos qualités et nos forces. Au bout du compte, on a une estime de soi-même solide et à toute épreuve et on s'aime tel(le) que l'on est.

Si cet article a résonné en vous, vous pouvez me joindre par téléphone ou cliquer sur le bouton pour convenir d'un créneau pour un échange téléphonique.